ΣΥΡΙΖΑ Συνασπισμός Ριζοσπαστικής Αριστεράς


Επικοινωνία / Contact RSS Twitter Facebook YouTube flickr

Final declaration of thw European Forum of green, progressive and left forces

Final declaration of thw European Forum of green, progressive and left forces



FINAL DECLARATION OF THE EUROPEAN FORUM OF GREEN, PROGRESSIVE AND LEFT FORCES(français ci-dessous)

Europe is experiencing an emergency situation caused by the spread of the pandemic caused by COVID-19. The health crisis and the explosion of unemployment and poverty are exacerbating the tensions and problems caused by neo-liberal policies that did not positively resolve the 2008 crisis.

This crisis highlights the serious consequences produced by the cuts and privatisations of public services that have devastated all European countries, as well as the loss of production capacity due to the relocations undertaken by multinationals and the dependent nature of the European Union’s external relations.

An analysis of the evolution of the consequences of the crisis leads us to consider that neither Europe nor the rest of the world will be the same after the COVID-19 pandemic. We must therefore take up the challenge of giving a new meaning to the European project. Starting from an association of all European peoples, whether or not they are members of the European Union, we act for the construction of a new democratic ecological social model, free from the logic of the economic benefit of capital on men, women and nature.

This alternative must be the result of the convergence of several political histories: ecologists, progressives, communists, socialists, feminists… it is up to us to defend and promote a Europe built on social, egalitarian and sustainable bases, fully democratic and in solidarity in the construction of a world at peace.
To achieve this, the protection of human beings, nature and the right to a dignified life must be placed at the centre of the policies and actions of all national and international institutions.

Based on these objectives, we propose to fight so that all European peoples have the right a permanent social shield that protects them from the precariousness, inequalities and violence produced by the current system, starting with guaranteeing the right to health.

In these times, coordination and convergence between all States is necessary to ensure the social and economic protection of millions of workers throughout Europe who see their wages and working conditions, as well as their way of life, negatively affected. This requires, in particular, the end of fiscal austerity pacts, policies of endless indebtedness paid by workers and, conversely, the promotion of massive public and social investment policies financed by levies on financial income.

In this sense we condemn the veto of the Prime Minister of Hungary Víctor Orban and the President of Poland Andrzej Duda, who are trying to stop the EU Economic Recovery Plan. Only the Big Capital (banks, companies of the military complex, offshore business groups) and the forces of the right are interested in slowing down the distribution of financial resources between the States of Europe: while we condemn this veto we demand new economic rules based on solidarity and fair trade.

We propose the approval of minimum wages and incomes throughout Europe that combat growing inequality and social dumping. We propose as well to develop national experiences on the creation of a minimum living income, or any other means to ensure employment, training and a living wage, including an improvement of professions related to care, public services, the production of common goods, and measures guaranteeing possibilities for work-life balance.

We propose that steps be taken to prioritise internal and regional markets, shortening supply chains to reduce dependency from abroad through economic, social and environmental plans.

We demand a guarantee for all human beings around the world to have access to available treatments and vaccines, so that they are free of charge for all, without limitations due to problems of patent privatisation or expectations of economic benefits.
We want to develop a new just and sustainable migration policy based on solidarity, and the development of an immigration statute that allows its regularization.

We advocate for a Plan that concentrates all necessary measures to ensure the protection of women, so that they do not suffer the consequences of the crisis aggravated by the patriarchal society and especially when they are victims of any form of violence, fighting against gender stereotypes and defending egalitarian and inclusive values.

The New Europe needs to strengthen a public sector that has been severely degraded by neoliberal policies, proposing a new productive model and a new, fairer and more progressive tax system that allows for an increase in social spending. We propose that big capital and multinational companies be taxed, and the abolition of tax havens inside and outside the EU.

It is essential to have sufficient resources to guarantee social benefits, the strengthening of Social Security to ensure quality public health.

We propose a European conference on the cancellation of the illegitimate part of the public debt and an open discussion on the criteria for its classification, and on the new financing conditions for economies, within the framework of a recasting of the role and mission of the European Central Bank.

Funds issued by the ECB or European recovery plans must be redirected to finance public services, the public health system, the employment at the service of an ecological transition that is socially just, social protection and the income of workers, pensioners and young people. It is not up to the people to pay for the crisis.

Social and ecological policies are intrinsically linked. As we see everywhere, the fight for the climate without taking into account the social emergency is just as fragile as the fight against inequalities by ignoring the ecological emergency we are facing, when we have just experienced the hottest September in the history of Humanity. The new Europe needs a green plan that guarantees compliance with the Paris Agreement and achieves climate neutrality from 2040, guaranteeing the transition to 100% renewable energy, linking all green aid to job creation with fair wages and labour rights.

We oppose those who try to lead the planet to a new Cold War with a world divided into closed Blocks economically and militarily confronted: for this we consider it important to commit to the full development of the Fundamental Charter of the UN, rejecting the measures of blockade and embargo that the US maintains against Cuba and other countries, measures that have been rejected by the UN as contrary to international law. We also propose a strengthening of its agencies, especially the WHO so that it can play an independent and effective role as a guarantee of better health for all the Peoples of the Planet, the reactivation of international disarmament agreements in all areas, and the support for the initiatives that are proposed in favour of a new policy collective security, based on détente, peace, and cooperation between Europe and its neighbours, as well as the dismantling of military bases and the reduction of military spending.
On the basis of these approaches, the IV European Forum of Left, Green, and Progressive Forces has undertaken to develop an action plan that mobilises the peoples of Europe in defence of the new Europe that we propose to build together.

ACTION PLAN:

The approaches debated in this IV Forum that are reflected in the various declarations of the Assemblies and in the Final Declaration are specified in a proposed Plan of Action that aims to be a call for the mobilization of the European peoples that refers to the broad convergence achieved in this Forum, together with the proposals that have come out from some of the Assemblies held.

We propose to:

1.- Support the campaign in defense of free access to the vaccine as a social right and consequently we call to join the campaign to collect signatures “Right2Cure”.

2.- Take an action on March 8th that expresses our defence of a Europe free of Patriarchy.

3.- Claim, together with unions and social forces, a social solution to the crisis that implies a taxation of large companies for the contribution of funds to plans dedicated to the sectors most affected by the crisis. In this sense, we will join the mobilizations to be held on May 1st.

4.- Carry out on June 5th, World Environment Day, actions that refer to the defense of a Green Europe, which slows down environmental degradation and develops policies to stop climate change.

5.- Celebrate next May 8th the day of the victory of Europe against Nazi-fascism with an action in the Mauthausen concentration camp in which we demand the defense of public freedoms and citizen rights against authoritarianism.

6.- Carry out an action that refers to a Europe of solidarity against racism and xenophobia.

 

 

 

(FR) DECLARATION FINALE DU FORUM EUROPEEN DES FORCES VERTES, PROGRESSIVES ET DE GAUCHE

L’Europe connaît une situation d’urgence causée par la propagation de la pandémie causée par la COVID-19. La crise sanitaire et l’explosion du chômage et de la pauvreté aggravent les tensions et les problèmes causés par les politiques néolibérales qui n’avaient pas résolu positivement la crise de 2008.

Cette crise met en évidence les graves conséquences produites par les coupes et les privatisations des services publics qui ont dévasté tous les pays européens, ainsi que la perte de capacité de production due aux délocalisations entreprises par les multinationales et la nature dépendante des relations extérieures de l’Union Européenne.

L’analyse de l’évolution des conséquences de la crise nous amène à considérer que ni l’Europe ni le reste du monde ne seront les mêmes après la pandémie de la COVID-19. Nous devons donc relever le défi de donner un nouveau sens au projet européen. Partant d’une association de tous les peuples européens, qu’ils soient ou non membres de l’Union Européenne, nous agissons pour la construction d’un nouveau modèle social, écologique et démocratique, qui s’affranchissent de la logique des intérêts économiques du capital sur les hommes, les femmes et la nature.

Cette alternative doit être le fruit de la convergence de plusieurs histoires politiques : écologistes, progressistes, communistes, socialistes, féministes… Il nous revient de défendre et promouvoir une Europe construite sur des bases sociales, égalitaires et durables, pleinement démocratique et solidaire dans la construction d’un monde en paix.

Pour y parvenir, la protection des êtres humains, de la nature et le droit à une vie digne devra être placée au centre des politiques et des actions de toutes les institutions nationales et internationales.

A partir de ces objectifs, nous proposons de lutter pour que tous les peuples européens aient droit à un bouclier social permanent qui les protège de la précarité, des inégalités et de la violence produites par le système actuel, en commençant par garantir le droit à la santé.

Dans la période que nous traversons, la coordination et la convergence entre tous les Etats sont nécessaires pour assurer la protection sociale et économique de millions de travailleurs.euses dans toute l’Europe qui voient leur salaire et leurs conditions de travail ainsi que leur mode de vie, affectés négativement. Cela passe notamment par la fin des pactes d’austérité budgétaire, des politiques d’endettement sans fin, payées par les travailleurs.euses et, à l’inverse, par la promotion de politiques d’investissements publics et sociaux massifs financés par des prélèvements sur les revenus financiers.

En ce sens, nous condamnons le veto du Premier Ministre hongrois Victor Orban et du President polonais Andrzej Duda qui tentent d’arrêter le plan de relance économique de l’Union Européenne. Seuls les grands capitaux (banques, entreprises du complexe militaire, groupes d’entreprises offshore) et les forces de la droite sont intéressés à ralentir la répartition des ressources financières entre les États d’Europe. Nous condamnons ce veto et demandons de nouvelles règles économiques fondées sur solidarité et commerce équitable.

Nous proposons la mise en place de salaires et de revenus minimums dans toute l’Europe pour lutter contre les inégalités croissantes et le dumping social. Nous proposons aussi de développer des expériences nationales sur la création d’un revenu vital minimum, ou de tout autre moyen pour assurer l’emploi, la formation et un salaire décent, y compris une amélioration des professions liées aux soins, aux services publics, à la production de biens commun, ainsi que des mesures garantissant des possibilités d’équilibre travail-vie sociale.

Nous proposons que des mesures soient prises pour donner la priorité aux marchés internes et régionaux, en raccourcissant les chaînes d’approvisionnement pour réduire la dépendance aux pays étranger à travers des plans économiques, sociaux et environnementaux.

Nous exigeons la garantie pour tous les êtres humains de la planète d’avoir accès aux traitements et aux vaccins disponibles, afin qu’ils soient gratuits pour tous.tes, sans limitations due à la privatisation des brevets ou à l’attentes de bénéfices économiques.

Nous voulons développer une nouvelle politique migratoire juste et durable basée sur la solidarité et l’élaboration d’un statut d’immigration qui permet sa régularisation.
Nous défendons un Plan qui concentre toutes les mesures nécessaires pour assurer la protection des femmes, afin qu’elles ne subissent pas les conséquences de la crise aggravée par la société patriarcale et surtout lorsqu’elles sont victimes de toute forme de violence, luttant contre les stéréotypes de genre et défendant valeurs égalitaires et inclusives.

La nouvelle Europe a besoin de renforcer un secteur public très dégradé par les politiques néolibérales, en proposant un nouveau modèle productif et un nouveau système fiscal plus juste et progressif qui permettent une augmentation des dépenses sociales. Nous proposons que le grand capital et les sociétés multinationales soient taxés, et l’abolition des paradis fiscaux à l’intérieur et à l’extérieur de l’Union Européenne.

Il est essentiel de disposer de ressources suffisantes pour garantir les prestations sociales et le renforcement de la Sécurité Sociale qui assure une Santé Publique de qualité.

Nous proposons une conférence européenne sur l’annulation de la partie illégitime de la dette publique et une discussion ouverte sur les critères de sa classification et sur les nouvelles conditions de financement des économies, dans le cadre d’une refonte du rôle et de la mission de la Banque Centrale Européenne.

Les fonds émis par la Banque Centrale Européenne ou les plans de relance européens doivent être réorientés vers le financement des services publics, du système de santé publique, de l’emploi au service d’une transition écologique socialement juste, de la protection sociale et des revenus des travailleurs, des retraités et des jeunes. Ce n’est pas au peuple de payer pour la crise.

Les politiques sociales et écologiques sont intrinsèquement liées. Nous le voyons partout : la lutte pour le climat sans prise en compte de l’urgence sociale est tout aussi fragile que ne l’est la lutte contre les inégalités en ignorant l’urgence écologique à laquelle nous faisons face, alors que nous venons de vivre le mois de septembre le plus chaud de l’histoire de l’Humanité. La nouvelle Europe a besoin d’un plan vert garantissant le respect de l’Accord de Paris et atteignant la neutralité climatique à partir de 2040, garantissant la transition pour permettre une énergie 100% renouvelable, associant toute aide verte à la création d’emplois avec des salaires équitables et des droits du travail.

Nous nous opposons à ceux qui tentent de conduire la planète vers une nouvelle guerre froide avec un monde divisé en blocs fermés et confronté économiquement et militairement : pour cela nous considérons qu’il est important de s’engager pour le plein développement de la Charte fondamentale de l’ONU, rejetant les mesures de blocus et d’embargo que les États-Unis maintiennent contre Cuba et d’autres pays, qui ont été rejetés par l’ONU puisque contraires au droit international. Nous proposons également un renforcement de ses agences, notamment l’OMS afin qu’il puisse jouer un rôle indépendant et efficace en tant que gage d’une meilleure santé pour tous les peuples de la planète, pour la réactivation des accords internationaux de désarmement dans tous les domaines, et le soutien aux initiatives qui sont proposées en faveur d’une nouvelle politique la sécurité collective, basée sur la détente, la paix et la coopération de l’Europe et ses voisins ainsi que le démantèlement des bases militaires et la réduction des dépenses militaires.

À partir de ces approches, le 4ème Forum Européen des forces de gauche, vertes, et progressistes a entrepris de développer un plan d’action qui mobilise les peuples européens pour la défense de la nouvelle Europe que nous proposons de construire ensemble.

PLAN D’ACTION :

Les approches débattues dans ce 4ème Forum qui se reflètent dans les différentes déclarations des Assemblées et dans la Déclaration Finale sont précisées dans une proposition de plan d’action qui vise à être un appel à la mobilisation des peuples européens faisant référence à la large convergence obtenue dans ce Forum, en plus des propositions qui ont émergé de certaines des Assemblées tenues.

Nous proposons de :

1.- Soutenir la campagne de défense du libre accès au vaccin en tant que droit social et en conséquence nous appelons à rejoindre la campagne de collecte de signatures « Right2Cure ».

2.- Mener une action le 8 mars qui exprime notre défense d’une Europe enfin débarrassée du patriarcat.

3.- Réclamer, conjointement avec les syndicats et les forces sociales, une solution sociale à la crise qui implique une taxation des grandes entreprises pour la recolte de fonds pour les plans dédiés aux secteurs les plus touchés par la crise. En ce sens, nous nous joindrons aux mobilisations qui auront lieu le 1er mai.

4.- Mener le 5 juin, journée mondiale de l’environnement, des actions qui se réfèrent à la défense d’une Europe verte, qui arrête la dégradation de l’environnement et développe des politiques pour arrêter le changement climatique.

5.- Célébrer le 8 mai prochain, le jour de la victoire de l’Europe contre le nazisme et le fascisme, par une action près du camp de concentration de Mauthausen où nous réclamons la défense des libertés publiques et des droits des citoyens contre l’autoritarisme.

6.- Mener une action faisant référence à une Europe de la solidarité contre le racisme et la xénophobie.



Χρησιμοποιούμε cookies για να σας προσφέρουμε την καλύτερη δυνατή εμπειρία πλοήγησης και να αναλύουμε την επισκεψιμότητα της ιστοσελίδας μας. Με την παραμονή σας στην ιστοσελίδα, αποδέχεστε τη χρήση cookies όπως αυτή περιγράφεται στην Πολιτική Cookies ΟΚ